Actualités

null De l’occupation à la libération, la seconde guerre mondiale vue par le prisme de la centrale thermique de Saint-Denis - 3ème partie

Dommages de guerre sur une centrale de région parisienne (1944)

 

Les difficultés de transport demeurent très sérieuses car au même moment, la « bataille du rail » battait son plein et les grandes lignes d’évacuation des mines du Nord étaient continuellement l’objet d’attentats nécessitant pour chacune deux à trois jours de réparation. En outre, la grève partielle du Nord en octobre 1943 fit tomber l’extraction journalière de 83 000 tonnes à 54 000 tonnes (PV du CA de la SEP, séance du 8 novembre 1943, EDF archives, boîte 757071), conduisant à une réduction d’activité pour les centrales thermiques. La centrale de Saint-Denis débuta l’année 1944 dans des conditionnements d’approvisionnement et d’entretien délétères. Le manque de combustibles et sa qualité des plus médiocres détérioraient de manière rampante les infrastructures, ce qui n’a pas empêché la direction de pousser la production au maximum. Des prélèvements importants furent réalisés à Saint-Ouen et à Ivry et des déroutements furent observés de Gennevilliers vers Saint-Denis (PV du CA de la SEP, séance du 23 mai 1944, EDF archives, boîte 757071). Avant l’aube de "l’anarchie électrique" de mai-juin 1944, la direction de l’Électricité avait décidé d’utiliser au maximum les réserves hydrauliques. Il en résulta des déversements massifs en pure perte afin d’éviter des rupture de barrages.

La situation en mai et juillet 1944 devint alarmante, la centrale avait devant elle moins de 5 464 tonnes de charbon en réserve et pour la région parisienne, 17 540 tonnes (PV du CA de la SEP, séance du 12 juillet 1944, EDF archives, boîte 757071).  En réalité, ce n’était pas tant le charbon qui venait à manquer mais bien son acheminement devenu impossible. Les évacuations de mines étaient constamment coupées, la majeure partie des gares de triage avaient été bombardée, exception faite de celles menant les ennemis du Reich à destination des camps d’extermination.

La Libération imposa des mesures d’urgences sur le plan électrique : dans un premier temps, réparer le plus rapidement possible les lignes détruites ou endommagées pour rétablir l’interconnexion afin de réalimenter les grandes zones urbaines comme la région parisienne et surtout de reconstituer les stocks de charbon des centrales thermiques. Le 7 novembre 1944, la centrale dépassa le cap de 8 millions de kWh, soient 80% de sa capacité de production en temps de paix grâce à une hydraulicité particulièrement favorable, à une reprise progressive des arrivages de charbon et à la remise en état de nouvelles lignes 220 kV. Les responsables de la SEP espéraient que l’alimentation en énergie électrique de la région parisienne redevint normale au début de 1945, avec un stock de 14 572 tonnes à Saint-Denis (PV du CA de la SEP, séance du 10 novembre 1944, EDF archives, boîte 757071). L’année 1945 permit à l’ensemble des centrales thermiques de reconstituer leur stock bien que la problématique des combustibles demeura angoissante en matière de qualité.

 

Les restrictions dans la consommation électrique

 

L'équipe des tourneurs de Saint Denis II photographiée par.......... les Allemands : sourire de rigueur ! (1942)

 

Les entreprises d’électricité qui étaient contraintes d’effectuer d’importants efforts pour fournir les secteurs prioritaires dans des circonstances sans cesse plus difficiles ne purent répondre à toutes les demandes et furent rapidement obligées d’avoir recours à des restrictions, des coupures (plus ou moins volontaires) et à une surveillance vigilante de ceux qui voulaient ne pas être privés de leur contingent d’électricité. En effet, les circonstances du moment et la raréfaction du combustible et des matériaux de toute nature ont amené les pouvoirs publics à décider des restrictions dans la consommation de l’énergie électrique. Toutes ces mesures visant à répartir la charge d’électricité obligent la SEP à réduire ses ventes auprès de certains de ses clients, ce qui occasionnent des coupures d’électricité dans la vie quotidienne. En effet, lorsque l’ex-société Nord-Lumière est en dessous de sa consommation habituelle, c’est toute une partie du secteur de la banlieue nord qui s’en trouve pénalisée. Paradoxalement, à côté de ces baisses, les sociétés de chemin de fer et le Métropolitain n’ont pas été sanctionnés ; au contraire, la SEP a fourni de l’électricité de façon continue. Sur ce point, elle privilégiait ses clients historiques, passant outre les décisions allemandes quant aux entreprises à approvisionner prioritairement. Les ventes de la SEP furent toujours en progression, enregistrant une augmentation de 2,04% entre novembre 1941 et novembre 1942 et de 7,7% entre novembre 1942 et novembre 1943. La chute se produit en 1944. A la suite des bombardements, des sabotages et des attaques aériennes des Alliés, le voile se découvre sur ce que l’on appela par la suite « l’anarchie électrique ». Tout au long du conflit, la centrale de Saint-Denis assura dans la mesure du possible son contrat auprès de ses clients, même si les restrictions freinèrent la consommation déjà en berne. Mais les plus touchés ont été les ménages qui subirent des avaries par le truchement de coupures intempestives.

Ces mesures à caractère préventif se révélèrent rapidement insuffisantes et les entreprises d’électricité durent appliquer des coupures sélectives et des baisses de tension autoritaires. Ainsi que nous l’avons déjà dit, les premières victimes de cette politique furent les particuliers, car en plus d’avoir supprimé la vente des appareils électriques destinés à passer l’hiver dans de bonnes conditions, on leur coupe l’électricité de façon volontaire ou non, ce qui aboutit à les faire vivre pratiquement dans le noir tous les soirs. Conséquence de la pénurie, les restrictions furent tournées au moyen de fraudes (raccordements clandestins, comptages truqués…) devenues un véritable sport national. Toutes les sociétés de distribution furent confrontées à ce problème. En banlieue, les fraudes prirent une telle ampleur qu’elles compensèrent pratiquement les limitations. Les dépassements de courant alloué par les sociétés distributrices résultent d’une extrême pénurie et de conditions de vie qui tout au long du conflit deviennent impossible à supporter, notamment lorsque le froid fait son apparition.

 

Les répercussions financières

 

 

Source :

Rapport des experts de la commission d’indemnisation, bilans des AG de la SEP de 1940 à 1946, livrets dactylographiés (EDF archives, boîte 757215).

N.B :

Les vides correspondent à des années manquantes.

 

En regardant de plus près ces résultats, nous pouvons émettre un premier constat au sujet des bénéfices nets. Le montant de 277 260 081 francs affiché lors du dernier bilan de l’exercice de 1946 a prêté à révision. En effet, le rapport des experts annonçait des surestimations quant au bénéfice annoncé. Selon eux, « certaines sommes ont été comprises à tort dans les profits du dernier exercice (…) la Commission émet l’avis que, toutes compensations opérées, le bénéfice distribuable soit fixé provisoirement à 184 465 898 francs ». Nous pouvons émettre une hypothèse quant à l’augmentation du bénéfice.

Il convient de supposer que sur 11 mois d’exercice du 1er juillet 1945 au 31 mai 1946, les besoins en électricité ont été substantiels car au lendemain de la Libération, l’industrie française est exsangue, désorganisée sinon détruite, sans compter la pénurie extrême des matières premières et des moyens de transport. Toutefois, les réseaux sont rapidement remis en état et l’approvisionnement en combustible peut reprendre dès le rétablissement des communications ferroviaires avec le Nord. Nous assistons donc à une forte augmentation de la productivité de la part de la centrale de Saint-Denis qui doit répondre à une demande croissante émanant des industriels et de la population. Le retour de la « lumière » dans les entreprises et les foyers a contribué à une hausse des ventes. Dans l’ensemble, après un début d’exercice médiocre, les ventes étaient en nette amélioration et atteignaient 110% du temps de paix. La centrale de Saint-Denis a réussi à dégager d’importants profits, au point que l’on peut affirmer que la SEP avait acquis une certaine autonomie financière vis-à-vis du groupe Empain. Une autonomie somme toute relative car, à mesure que le montant des immobilisations augmentait, le recours à un financement extérieur s’imposait notamment auprès de la maison mère mais aussi des institutions financières, permettant de payer les frais de modernisation des installations.

Les circonstances de la guerre, puis de l’Occupation, n’ont pas altéré la bonne marche financière de la SEP, car ses résultats sont en nette progression avec cependant des baisses enregistrées pour les années 1941-1942 et 1943-1944. Celles-ci peuvent être expliquées d’une part par les évènements politiques qui ont fortement perturbé la production, la distribution et le transport d’électricité. L’arrivée des Allemands a troublé le fonctionnement de la centrale de Saint-Denis car une partie des installations avait été mise hors service, notamment la partie basse pression afin de réaliser des économies de combustible. Quant à l’année 1943-1944, elle peut être qualifiée de « dérèglement électrique » puisque coup sur coup la centrale rencontra des problèmes d’approvisionnement en charbon dû à un dysfonctionnement du transport ferroviaire en provenance des mines du Nord. L’activité de la centrale s’est maintenue de façon continue en dépit d’incidents techniques tels que le claquage d’un câble assurant la fourniture d’électricité au Métropolitain, ou des rupture de porcelaines, puis un incendie qui a démoli un transformateur à la suite d’un court-circuit à Saint-Denis II demandant trois mois de réparation (PV du CA de la SEP, séance du 27 mars 1945, EDF archives, boîte 757071).

Pour faire face aux importants investissements engendrés par le programme d’extension de la centrale haute pression et par celui du poste 60 kV entrant dans le cadre du programme de 1938, la SEP fit appel à des augmentations de capital. Ainsi, lors de l’AG extraordinaire du 15 octobre 1941, le capital de la société fut porté à 305 000 000 francs avec une nouvelle émission d’actions, suivi d’une émission d’obligations en 1945 pour permettre de réaliser les réparations dues aux faits de guerre et d’entamer la construction d’une cinquième tranche. L’ouverture de capital correspondait à la nécessité d’assurer d’une part les dépenses de la quatrième tranche, envisagées en 1938 à 160 000 000 francs (PV du CA de la SEP, séance du 25 novembre 1938, EDF archives, boîte 757071) et d’autre part de supporter les charges engendrées par le prolongement de l’interconnexion (la ligne Chevilly-Villevaudé-Saint Denis). D’autant plus que chaque construction réalisée à la centrale de Saint-Denis venait de fonds privés, notamment de la maison mère et plus discrètement des banques comme le Crédit lyonnais, la Société générale ou encore la Banque de Paris et des Pays-Bas (leur participation plus modeste dans le capital se vérifiait car aucune d’entre elle ne siégeait aux assemblées générales).

Le rôle des banques a été somme tout important mais il n’empêche que la SEP ne leur accorda que peu de place dans ses assemblées, cherchant avant tout son autonomie financière par rapport à l’emprise qu’elles pouvaient faire valoir. Cette volonté d’indépendance a été quelque peu freinée par la guerre puis par l’occupation car la pénurie, de toute nature, a donné lieu à une fuite des capitaux à l’étranger et à une faiblesse de l’autofinancement pour la société électrique.

Les disponibilités d’investissements provenant de l’usine de Saint-Denis variaient selon la conjoncture, très favorable en 1940-1941 et 1943-1944, 1945-1946. En outre, s’ajoutait le fait qu’à chaque profit dégagé, celui-ci était immédiatement réinvesti dans les constructions en cours, nécessitant de gros capitaux. La place stratégique que revêtait la SEP à l’intérieur du groupe Empain lui a permis d’obtenir une aide financière à des moments critiques au cours de l’Occupation, quand ce n’était pas elle qui venait lui prêter main forte. Dès les années 1930, la SEP devint rapidement un pourvoyeur de fonds pour les autres sociétés du groupe Empain.

 

Conclusion

 

Dans l'ensemble, le fonctionnement de la centrale fut maintenu dans d’assez bonnes conditions, notamment de 1941 à 1943, malgré un manque croissant de combustible qui fit défaut de façon sporadique à la clientèle industrielle et flagrante à la consommation des ménages. La multiplication des décrets et arrêtés avait pour unique dessein de rationaliser les contingents électriques pour permettre aux entreprises d’être approvisionnées en énergie. Les autorités allemandes n’eurent qu’un rôle d’observateur au sein de l’usine de Saint-Denis et avaient pour mission de protéger le site en cas d’attaques aériennes ou de tentatives de sabotages. Cette centrale thermique aux capacités techniques des plus performantes contribua aux fournitures industrielles de façon presque continue sans réelle interruption dans sa production. A tel point qu’elle continua d’entreprendre son programme de modernisation durant cette période des plus troubles. La SEP se projetait ainsi dans l’avenir. Contrairement à bien des tranches industrielles comme la métallurgie, l’électricité n’a pas été ponctionnée au niveau de sa main-d’œuvre, elle a même été épargnée à bien des égards. Ce qui peut s’expliquer par le caractère hautement qualifié de son personnel, qui ne saurait être remplacé du jour au lendemain sans une baisse conjoncturelle de rendement. En effet, comment assurer un approvisionnement suffisant en énergie à l’ensemble des industries dont l’électricité est vitale si de l’autre côté on prélève des agents indispensables à son bon fonctionnement ? La tutelle de l’occupant, qui en demandait toujours plus avec un effectif réduit, a donc été particulièrement forte sur la centrale de Saint-Denis. Mais le fait marquant au cours de ces temps difficiles aura été l’action sociale menée par la SEP pour soutenir son personnel, ce qui d’une certaine manière a accru les liens entre les agents et la direction, conduisant à un dialogue entre salariés et hiérarques tout en modifiant durablement les relations sociales au sein de l’établissement. L’action de la SEP aura cependant un coût et revers de médaille, avec le bilan à faire au lendemain de la Libération et au moment de la nationalisation. ​​​​​​​