​​

Actualités

null Michèle Bellon première femme membre du Conseil d'Administration d'EDF

Le 8 mars dernier, nous célébrions la journée de la femme. Pour l’occasion, EDF archives souhaitait revenir, le temps d’un instant, sur le riche parcours professionnel d’une salariée du groupe, Michèle Bellon, qui a su démontrer qu’on ne naît pas dirigeant(e) mais on le devient…


 

Son violon d’Ingres ? Les sports pédestres en pleine nature. En famille, Michèle Bellon s'adonne chaque été depuis son adolescence à la randonnée en montagne, dans les Alpes, les Pyrénées et le Massif central. « Atteindre un sommet, c'est un but concret qui vous force à vous surpasser, à aller au bout de vous-même », expliquait-elle en 2010. Il faut d'abord faire les préparatifs : consulter la météo du lendemain, équiper son sac à dos, préparer l'itinéraire en fonction du dénivelé... « Et, au bout de six heures de marche, vous accéder à un panorama qu'on ne peut voir que grâce à l'effort. » Ce pourrait être la morale de cette femme de poigne qui se veut « pragmatique » et qui est réputée pour son caractère entier et tranché : on a ce qu'on mérite.

 

Femme de caractère, elle loue les bienfaits de la méritocratie dont elle est un parangon de vertu

 

 Michèle Bellon ne vient pas de la montagne, mais du Pas-de-Calais, « une région où il y a une vraie chaleur humaine, qui compense peut-être la rigueur du paysage ». Issue de la classe moyenne, elle est née le 22 janvier 1949 à Bapaume dans le Pas de Calais, une petite ville de moins de 4000 habitants lieu de hauts faits d’armes (guerre de Cent Ans, franco-prussienne de 1870, Première Guerre Mondiale…). Son père, André Carlier, était vendeur de tracteur et sa mère, Jeannine, enseignante en école maternelle.

 

Pétris de valeurs républicaines, mes parents m’ont léguée cet héritage bien utile en entreprise.

 

Après avoir obtenu son baccalauréat au lycée Fénelon à Lille à 16 ans et réalisée deux années de classe préparatoire, elle intègre l’École centrale de Paris comme vice-major du concours d’entrée, ne pouvant se présenter à l’École Polytechnique dont les portes ne s’ouvriront aux femmes que trois ans plus tard (1972). Une blessure personnelle qui la sensibilisera à la cause des femmes dans le monde du travail, et notamment chez ERDF.

 

C’est vrai que chez nous il y a surtout des métiers d’homme, c’est très technique, mais il y a 19 % de femmes… 

 

A peine diplômé, elle se marie en 1972 et part la même année aux États-Unis suivre un Master of Sciences « Nuclear Engineering ». A la suite de quoi elle est embauchée à la centrale nucléaire de Byron dans l’Illinois.

A son retour en France en 1974, elle rejoint EDF dans le domaine de la production d’énergie au sein de la Direction de l’Equipement (construction du parc nucléaire puis ingénierie thermique en France et à l’international) de Tours. On est à la veille du lancement du programme atomique. Michèle Bellon vient justement de rédiger un mémoire sur la comparaison des procédures de sûreté des différentes filières nucléaires. La jeune femme chapeaute alors la construction des premiers réacteurs à Saint-Laurent et Chinon tout en accompagnant les mutations de compétences.

 

Alors que j’habillais mes enfants pour l’école, on m'appelait le matin à 7 h 30 pour que j'assiste à un essai de démarrage de réacteur !

 

En 1991, elle devient Directrice Adjointe du Centre national d’équipement thermique, première femme nommée à un tel niveau de responsabilité au sein du groupe EDF

 

En 1995, elle occupe la fonction de Directrice Adjointe puis Directrice Déléguée à la Direction du Personnel et des Relations Sociales d’EDF-GDF. Cette femme aux faux airs d'Arlette Laguiller, appréciée pour sa propension au dialogue, accompagne notamment les premières grandes négociations sociales (emploi, temps de travail, formation, salaires, place des femmes aux postes de responsabilités, intégration des handicapés…). Un cadre syndicaliste EDF-GDF livre son sentiment :

​​​​​​​                                                                                       

Nous avons eu des périodes d’opposition, mais c’est quelqu’un qui a une vraie capacité d’écoute et qui sait tempérer. 

 

Après le nucléaire et les relations sociales, François Roussely (Président Directeur Général d’EDF de 1998 à 2004) la nomme Directrice Adjointe à la Direction Générale d’EDF-Pôle Clients en 1999 où elle participe au lancement de l’ouverture des marchés et du développement d’EDF à l’international (EDF Energy, EnBW et EDF-Trading) tout en assumant le rôle de sherpa dans les négociations sur le partenariat avec Veolia. Michèle Bellon et François Roussely resteront liés. C’est d’ailleurs lui qui lui remettra l’Ordre national du mérite (2000). Un an plus tard, elle devient Directrice de la Division combustibles nucléaires.  

En 2001, c’est donc fort logiquement qu’elle rejoint le groupe Dalkia, filiale commune d’EDF et de Veolia, en tant que Directrice Générale Adjointe de Dalkia et Directrice Générale de Dalkia International. Elle assure notamment la relation avec de nombreux élus territoriaux et les partenaires industriels. Elle entre à la même époque au conseil d’administration de l’Institut Pasteur de Shangaï.

 

En mars 2010, Michèle Bellon accède à la Présidence du Directoire d’ERDF.

​​​​​​​

Fraîchement nommé chez EDF, Henri Proglio, dont elle est une proche, la promeut à la présidence du directoire d’ERDF comprenant alors 35 000 salariés. Avant de constituer sa nouvelle équipe, elle va commencer par décorer son bureau au 30ème étage de la tour Winterthur, à la Défense : orchidées et photos des parcs nationaux américains. La nature. Encore la nature…

Sa nomination intervient à un moment critique, la filiale est tombée dans le rouge en 2009. Le PDG d’EDF aurait pu lui confier un poste dans le nucléaire, ce qu’elle aurait sans doute préférée. Mais elle est loyale. C'est même l’un de ses traits de caractère principal selon quelqu'un qui la connaît bien :

 

Elle ne va pas servir la soupe à Henri (Proglio), elle sait dire les choses tout en étant fidèle dans la durée.

 

Souhaitant se séparer de Michel Francony (jusqu’alors à la tête de la filiale distribution d’EDF), Henri Proglio compte sur elle pour prendre à bras le corps la difficile tâche des relations avec les concessionnaires et l’enjeu de l’ouverture des concessions.

Pour ce faire, elle favorise les échanges avec la FNCCR (fédération nationale des autorités concédantes de réseaux de distribution d’électricité) en fluidifiant les rapports entre les responsables d’ERDF et élus locaux. Après les tempêtes Xynthia (2010) et Joachim (2011), les édiles locaux font part de leur mécontentement attendu que le réseau d’ERDF était devenu très sensible aux aléas climatiques du fait d’un manque criant d’investissement. La cacique d’ERDF intervient alors directement dans le pilotage de la cellule de crise et la FIRE (force d’intervention rapide d’électricité) mise en place en cas de coupures électriques à vaste échelle. Elle porte les investissements d’ERDF à près de 3 milliards d’euros par an à compter de 2012 afin d’obtenir un effet stabilisateur à long terme, entraînant une baisse de plus d’un tiers le temps moyen de coupure d’électricité et générant par ricochet la création de 30 000 emplois sur l'ensemble du territoire. En outre, toujours dans l’optique de moderniser le réseau, elle s’implique dans le développement des réseaux électriques intelligents, particulièrement au travers du compteur communicant Linky. En , la présidente du directoire d'ERDF accompagne Delphine Batho, ministre de l'écologie en visite dans l'usine de Landis+Gyr à Montluçon où sont assemblés les compteurs communicants Linky.

​​​

​​​​​​​Audition d'Henri Proglio et Michèle Bellon par les élus membres du conseil d'administration de la FNCCR (mars 2010)

 

​​​​​​​Michèle Bellon et Delphine Batho rendent visite aux équipes de l'Agence de conduite des réseaux d'électricité d'Ile de France d'ERDF (décembre 2012)

 

Elle devra également gérer le dossier de la séparation entre ERDF et GRDF. Si les collectivités ne sont pas à priori opposées à la scission, leur principale préoccupation étant de disposer d’un service de qualité, il n’en est pas de même des syndicats fortement implantés au sein de l’entreprise. Son expérience passée à la Direction du Personnel et des Relations Sociales d’EDF-GDF s’avérera précieuse dans ces délicates négociations.

Sur la place des femmes dans les cercles dirigeants, Michèle Bellon insiste sur son objectif d’atteindre 20% de femmes à des postes cadre chez ERDF en 2015 (contre 18% en 2012).

 

Nous ne sommes pas très nombreuses comme patronnes d’entreprise.

 

Très impliquée dans le domaine de l’intégration du handicap, elle signe avec Eric Besson, ministre de l’industrie, un accord de coopération à l’effet de réduire la « fracture numérique » dont souffre les plus fragiles (septembre 2011) :

​​​​​​​​​​​​​

Son premier mandat achevé en décembre 2012, elle est réélue le 11 janvier 2013 à la tête d’ERDF avec un résultat à faire pâlir les dirigeants de l’ère soviétique. Un an plus tard, frappée par la limite d’âge selon les statuts d’ERDF, elle laisse sa place à Philippe Monloubou (24 janvier 2014). Si jusqu’alors Michèle Bellon avait tenu bon, sous la présidence de son successeur, le gendarme du secteur, la CRE (commission de régulation de l’énergie) tance ERDF jusqu’à obtenir une modification de son nom en Enedis (2016) afin de renforcer son indépendance vis-à-vis d’EDF.

Depuis 2014, elle est membre du conseil d'administration de la RATP et de la société danoise Athena Investments. Elle est également membre du conseil d'administration de HF Company (2016). Chevalière de la Légion d’honneur (2010), officière de l’ordre nationale du Mérite (2014), Michèle Bellon demeure encore aujourd’hui une exception. Rappelons que trois femmes sont aux commandes d’entreprises du CAC 40 en ce premier trimestre 2022.  

En dépit du vote de la loi Copé-Zimmermann (2011) imposant des quotas de femmes dans les conseils d’administration, force est de constater qu’il reste un long chemin à parcourir pour l’accession des femmes aux plus hautes fonctions en entreprise. Gageons que cette journée y concourt.

Informations pratiques

Plan d'accès

Horaires

Contact

Plaquette de présentation des Archives Historiques
 

Pour toute consultation d'archives merci d'effectuer une reservation, par mail, à l'adresse suivante : archives-patrimoine@edf.fr

​​​​​​​