​​

Actualités

null La centrale du Bugey a un demi-siècle !

Mise en service entre 1972 et 1979, la centrale du Bugey est implantée sur la commune de Saint-Vulbas dans l’Ain. Le site nucléaire occupe une superficie similaire à 70 terrains de football (100 hectares).


Vue d’ensemble de la centrale du Bugey (archives EDF)

 

Le chantier du premier réacteur Bugey-1 a été lancé en 1965. En 1968, le décret autorisant la création par Électricité de France de Bugey-1 est publié. Le réacteur Uranium naturel graphite gaz Bugey 1 est démarré en 1972. Les deux réacteurs à eau pressurisée Bugey 2 et Bugey 3, sont démarrés en 1978 et les deux suivants, Bugey 4 et Bugey 5, en 1979.

Environ 1 800 personnes travaillent sur le site dont le quart sont des salariés d’entreprises prestataires. Quatre réacteurs de la filière des réacteurs à eau pressurisée (REP) fonctionnent à une puissance nominale unitaire d'environ 900 mégawatts électriques. Les réacteurs sont refroidis par l'eau du Rhône : directement en ce qui concerne les unités n°2 et 3 (puissance unitaire de 925 MW), alors que les unités n°4 et 5 (puissance unitaire de 905 MW) sont chacune refroidies par deux tours aéroréfrigérantes de 128 mètres de hauteur. Les quatre réacteurs de la centrale du Bugey sont des modèles du palier contrat programme (CP0) qui comprend aussi les deux réacteurs de la centrale de Fessenheim (réacteurs mis à l’arrêt définitif mi-2020). Ils ont été construits par Framatome et sont depuis lors exploités par EDF.

Certifiée ISO 14001 (environnement) depuis 2003 et ISO 9001 (qualité) depuis 2008, la centrale produit 40% de la consommation électrique de la région Rhône-Alpes. La première unité, de filière UNGG (uranium naturel graphite gaz) est arrêtée depuis 1994 et est en cours de démantèlement.

 

Les caractéristiques détaillées de chaque réacteur sont les suivantes :

 

​​​​​En janvier 2020, dans le cadre de la mise en œuvre de la loi sur la transition énergétique, EDF a proposé au gouvernement français d’étudier la mise à l’arrêt de deux réacteurs de la centrale de Bugey. En février 2022, Emmanuel Macron a indiqué une modification importante de cette loi sur la transition énergétique puisque plus aucun réacteur en état de produire ne sera fermé à l’avenir, sauf pour des raisons de sûreté. En outre, le site de Bugey fait partie des implantations envisagées pour la construction d’une paire de réacteur de type EPR2.

 

Différentes vues du simulateur du Centre Nucléaire de Production d’Électricité du Bugey :

 

​​​​​​Archives EDF

 

 

Archives EDF

 

Archives EDF

Informations pratiques

Plan d'accès

Horaires

Contact

Plaquette de présentation des Archives Historiques
 

Pour toute consultation d'archives merci d'effectuer une reservation, par mail, à l'adresse suivante : archives-patrimoine@edf.fr

​​​​​​​