​​

Asset-Herausgeber

null Marcel Paul, de l’Assistance publique au banc de l’Assemblée en passant par Buchenwald : une figure syndicale et communiste - 2ème partie

De la scission forcée de la CGT à l’entrée en Résistance : la fidélité aux engagements d’un riche passé militant

A la veille de la Seconde Guerre mondiale, ainsi que cela a été exposé précédemment, Marcel Paul présente déjà, à l’orée de la quarantaine, un épais passé militant à la dimension prioritairement syndicale. Passionné et fort occupé par le militantisme syndicalisme, il se tient quelque peu en retrait du militantisme politique, bien que fidèle jusqu’au bout au PCF de son ami Maurice Thorez. Ainsi, alors que ce dernier lui annonce en 1935 que son organisation a décidé de le présenter aux élections municipales dans le XIVème arrondissement de Paris, Paul invoque sans succès la lourdeur de sa tâche syndicale, puis finit par céder, certes d’assez mauvaise grâce. Il n’est pas question pour lui de désobéir à l’organisation et à son chef.  

De la même façon, il ne lui est guère imaginable de condamner la signature du Pacte germano-soviétique du 23 août 1939 que Staline demande expressément (et fort logiquement) aux communistes français d’approuver, nonobstant les hésitations initiales de Thorez. Pour Marcel Paul comme pour de nombreux syndicalistes communistes français, les années sombres s’annoncent.  A l’instar de ses camarade, Paul se trouve en quelques semaines exclu du champ militant politique et syndical.

Il y a en premier lieu la dissolution du PCF, prononcée par Édouard Daladier (alors Président du conseil des ministres) en septembre 1939 puis la déchéance de ses députes votée en janvier 1940, à la suite de leur refus de condamner le Pacte germano-soviétique. Mais comment scier la branche sur laquelle nous sommes assis ?

Du côté de la CGT, le 18 septembre 1939, au lendemain de l’invasion de l’est de la Pologne par l’Armée rouge, la majorité du Bureau confédéral déclare « qu’il n’y a plus de collaboration possible » avec ceux qui ne récusent pas l’alliance conclue entre l’Allemagne et l’URSS : le processus de « scission forcée » entre le PCF et la CGT est engagé et les fédérations et syndicats professionnels sont sommés de trancher.

Le 5 novembre, le Comité fédéral de la Fédération de l’Éclairage se réunit pour évoquer principalement le sort de ses membres communistes, au premier rang desquels Marcel Paul, absent puisque mobilisé. Le nouvel homme fort de la Fédération, Clément Delsol (notre militant espérantiste aux idées « réformistes » combattues par Marcel Paul) « approuve la résolution de la CGT sur le refus de collaborer avec les communistes, parce que ces derniers appliquent les directives du gouvernement russe. Il estime urgent de soustraire la Fédération des influences communistes ». Dès lors, il est décidé de renouveler le bureau fédéral, d’où sont exclus Paul et ses proches.

Marcel Paul n’a donc pas assisté directement à ces péripéties. Il faut dire qu’il avait fort à faire. Mobilisé le 6 septembre 1939, il rejoint le 2ème dépôt des équipages de la flotte à Brest où il n’avait pas mis les pieds depuis près de 20 ans. Il y est affecté en tant que quartier-maître électricien. C’est là qu’il apprend son excommunication. Un responsable syndical et politique de cette ampleur ne saurait toutefois demeurer longtemps anonyme. Rapidement identifié par sa hiérarchie, il est arrêté et transféré dans un local du 2ème bureau aux Invalides, à Paris. Faute de chefs d’accusation, il est envoyé dans la boucle de Sedan, versé à la pose et au désamorçage des mines. Une mission de choix pour un syndicaliste rôdé aux coups de main !

En mai 1940, lorsque l’offensive allemande se déploie dans l’Hexagone, son unité se replie sur les bords de la Loire. Il est arrêté à deux reprises. La première fois, il parvient à s’évader. La seconde, il est conduit au camp de prisonniers de Château-Landon (Seine-et-Marne) d’où il parvient également à s’échapper. Cette sorte de volontarisme de l’action, dont il fait preuve tout au long de la guerre, transparaît déjà dans cette détermination à refuser toute forme d’inertie ou de renoncement.

Saisissant l’occasion des premiers retours de l’exode, il se fond dans une colonne de civils qui se dirige vers Paris, qu’il atteint le 22 ou 23 juin 1940. Il essaie de reprendre contact, pour l’instant sans succès, avec son parti. Il rejoint alors Le Mans, d’où il parvient cette fois à rétablir le contact avec son organisation et se voit alors confier la responsabilité de s’occuper de la partie sud de la région de l’ouest, sous le pseudonyme de Jacques. Il s’attache entre autres choses à récupérer des armes et des explosifs, de manière à constituer des dépôts. Il semble que pour Marcel Paul, la lutte contre l’occupant prime, sans forcément prendre avant tout en considération les consignes de modération résistante émanant du PCF (autrement appelée « résistance passive »), présentes tant que la non-agression germano-soviétique perdure. Il part de la région nantaise en novembre 1940, car pour des raisons de sécurité, la direction du PCF lui a intimé l’ordre de retourner dans la capitale. Il y devient l’un des responsables des comités populaires de la région parisienne, principalement de ceux des services publics. Et en tant que membre de l’Organisation spéciale, structure précédant les futurs francs-tireurs partisans (résistants communistes), il concourt à des actions contre l’occupant.

Le 13 novembre 1941, il est arrêté dans un café parisien, boulevard de Grenelle, alors qu’il se rend à un rendez-vous galant en réalité orchestré par la police. Il est conduit au commissariat de Saint-Denis. Torturé, il refuse de parler. Toutefois, craignant de finir par craquer, il tente de se suicider. Sans succès. Après avoir été de nouveau soumis à la question, il est incarcéré à la Santé une dizaine d’années après son premier séjour dans la prison parisienne.

Déchaîné, son militantisme ne s’arrête pas pour autant. Ainsi, à la Santé, il participe à la confection d’un journal clandestin, Le Patriote enchaîné. Pour cet acte transgressif, il est condamné en août 1942 à 90 jours de « mitard ». Cette période va le marquer dans sa chair et dans son âme : il est atteint de la gale, de rhumatismes, de furonculose, d’eczéma, d’anémie, d’hypertension et de dépression. Le 23 février 1943, il est condamné à 4 ans de prison et cent francs d’amende. Son transfèrement vers la centrale de Fontevrault ne modifie en rien son engagement !

Entré dans la résistance de la centrale, il obtient que les détenus ne travaillent plus et bénéficient des droits de déplacement et de rassemblement. Au cours de l’été, les prisonniers de la centrale sont transférés à Blois, où sont massés de nombreux communistes venus de Clairvaux, Poissy ou encore Fontevrault. Une tentative d’évasion, à laquelle participe évidemment Marcel Paul, connaît l’échec. En février 1944, des détenus, dont lui-même, sont livrés aux Allemands et emmenés au camp de Compiègne, l’étape qui procède la déportation. Au péril de sa vie et n’ayant plus rien à perdre, Marcel Paul tente une nouvelle fois de s’évader. Nouvel échec. L’ultime rouage vers l’inévitable ne tarde pas à se produire.

Marcel Paul : un militant en déportation ou une déportation militante ?  

Le 27 avril 1944, quelque 1 800 détenus, parmi lesquels des personnalités (officiers supérieurs, médecins, ecclésiastiques, industriels, avocats…), quittent Compiègne pour Auschwitz-Birkenau.

Marcel Paul n’a pas perdu l’espoir d’une évasion, qu’il estime peut-être possible durant le transfert d’un camp à l’autre. A la gare de Compiègne, la déception l’étreint lorsqu’il constate qu’il voyagera dans un wagon de fer et non de bois : s’évader devient dès lors inconcevable. Comme il l’explique plus tard dans une interview non publiée, donnée à Henri Alleg, il ressent un choc bref mais intense : 

« Alors là, j’ai eu un moment de découragement. Je savais que nous ne pourrions plus nous évader. Mais ça n’a pas duré longtemps. Il fallait tenir ».

Le voyage est éprouvant, l’un des compagnons de Marcel Paul décrit :

« Dans les wagons bondés, on meurt d’asphyxie, de soif, de folie. Cela dure quatre jours et trois nuits. Marcel souffre. Le camarade Saudmont l’a fait asseoir dans un coin. Il veille sur lui, le protège contre la pression des autres ».

A leur arrivée, Paul et ses compagnons d’infortune sont tondus, puis tatoués sur l’avant-bras quelques jours plus tard. Là encore, le syndicaliste énergéticien repousse le découragement et cherche à organiser une forme de résistance à l’intérieur du camp. Il fait passer ses consignes à cinq ou six de ses camarades chargés d’encadrer les déportés politiques. D’après le témoignage de deux d’entre eux, il leur aurait tenu ce discours (à prendre avec des précautions eu égard à ces relents hagiographiques) :

« Nous sommes ici pour être tués. Nous mourrons, mais nous mourrons en combattant. Voici ce que nous allons faire : quand les SS viendront nous chercher pour nous emmener à la chambre à gaz, nous nous jetterons sur eux comme on pourra, nous nous emparerons de leurs a(r)mes, nous en tuerons autant qu’on pourra. Nous serons tués, mais nous aurons fait notre devoir d’hommes et de résistants ».  

Ces instructions ne seront jamais mises à exécution : le 14 mai au matin, les Français du convoi du 27 avril sont rassemblés et dirigés vers Buchenwald. Les raisons de ce rebondissement soudain semblent demeurer obscures. L’un des biographes de Marcel Paul, Pierre Durand, émet une hypothèse :

« (…) le départ du transport du 27 avril 1944 a fait grand bruit à Paris et à Londres. La radio de la France combattante en parle plusieurs jours durant. C’est la première fois qu’un aussi grand nombre de représentants des classes dirigeantes françaises sont déportés en masse. On a dit que des négociations par intermédiaires du plus haut niveau avaient été ouvertes entre Londres et Berlin ; que le ministre des Affaires étrangères du Reich, von Ribbentrop, avait été saisi de l’affaire et directement menacé de représailles (…) ».

Quoi qu’il en soit, commencent à Buchenwald les quelques mois certainement les plus marquants de la guerre pour Marcel Paul et, en tout cas, ceux pour lesquels son action reste la plus intensément gravée dans les mémoires, mais aussi dans les controverses d’après-guerre. Pour ce faire, il convient de se pencher sur la situation d’alors au sein dudit camp. Nous nous bornerons ici à traiter cette question sous le prisme des conditions des prisonniers politiques et de droit commun.  Les rapports de force entre déportés y sont constants, recherchés par les SS dans le but assumé d’opposer les uns aux autres, autrement dit de diviser pour mieux régner. Il existe en particulier une lutte de pouvoir féroce pour le contrôle des positions de responsabilité (les « Kapos ») entre détenus dits « rouges » (internés pour des motifs politiques) et « verts » (internés pour des délits ou des crimes de droit commun). Dans ce cruel exercice, les Français sont en mauvaise posture : dans un premier temps, ils sont trop peu nombreux et plutôt mal considérés ; puis, plus nombreux ensuite (à mesure que le Reich s’effondre), il se trouvent tout de même généralement mis sur la touche.

Dans ce panorama peu amène, l’arrivée massive des détenus communistes, souvent forts d’une longue expérience de l’internement, constitue un tournant. Le cas de Marcel Paul en est l’illustration parfaite. Il est une personnalité connue, respectée et écoutée. Il devient rapidement l’un des principaux artisans du Comité des intérêts français (CIF), dont il est à l’origine. Il en fait tout d’abord un instrument visant à prêter main forte aux détenus français communistes, plus facilement identifiés et identifiables. Il insiste cependant à la hâte auprès de ses camarades pour que ces derniers ne soient pas les seuls bénéficiaires de l’entraide organisée. Cette démarche explique le fait que des représentants des français non-communistes intègrent le CIF, dans un esprit de concorde plutôt œcuménique rappelant celui du CNR (Conseil national de la Résistance). Et de fait, les non-communistes signalés comme devant être particulièrement aidés sont autant que possible pris en charge. En outre, le CIF parvient à nouer avantageusement une relation de relative confiance avec la résistance internationale du camp, grâce notamment à l’aura qui entoure Marcel Paul, personnalité que connaissent bien les communistes internationaux. Au sein de ce microcosme abrupt, Paul et le CIF mènent un combat sans relâche en faveur des intérêt des Français.

Toutefois, le problème le plus délicat à gérer est celui de l’organisation des transports vers d’autres camps. C’est au quelque 70 détenus qui travaillent au sein de l’Arbeitsstatistik (une sorte de ministère du Travail concentrationnaire) que revient la tâche de constituer les convois. Les listes, établies dans un premier mouvement à partir des critères imposés par les SS, sont ensuite transmises aux responsables des collectifs nationaux qui doivent signaler les éventuels détenus à extraire.

C’est notamment le rôle du CIF, qui peut donc demander qu’un détenu soit maintenu dans le camp. Le dilemme est cruel : un reclus supprimé des listes doit être remplacé par un autre. Ceux qui se trouvent isolés ou peu actifs, donc jugés peu utiles, sont particulièrement exposés. Cette réalité est à l’origine de l’impression d’avoir été lâchés par le CIF, ressentie et exprimée par des déportés français et qui, sans surprise, rejaillit directement sur le principal responsable de cette structure, Marcel Paul. Il est pourtant bien évident que la marge de manœuvre est pour le moins tenue et que le dilemme est permanent, instaurant des épées de Damoclès sur de nombreuses têtes émaciées. Par ailleurs, même si le départ de Buchenwald est vécu comme une infortune, il n’est pas non plus d’évidence synonyme d’une fin encore plus inéluctable qu’ailleurs, dans la mesure même ou celle-ci menace continuellement au sein de l’univers concentrationnaire.

Le séjour de Paul à Buchenwald, incontestablement le plus pénible pour lui, dure près d’une année jusqu’en avril 1945. Comme à son habitude, il est alors l’un des meneurs de l’insurrection qui libère le camp peu avant l’arrivée des troupes américaines. Quelques jours plus tard, il est rapatrié en France en compagnie des « personnalités ». Pierre Durand explique qu’il retourne « presque aussitôt en direction du camp pour s’occuper du rapatriement des Français détenus ».

Précisons tout de même : « des Français détenus pour motifs politiques ou de droits communs ». Il rentre définitivement à Paris à la veille du 1er mai et participe au défilé dans la délégation des déportés.

Débute alors l’ère du prolongement et du réinvestissement dans l’engagement des temps de guerre, mais également celui de la controverse, plus spécialement dans le contexte de la Guerre froide naissante.

informations pratiques

Plan d'accès

Horaires

Contact

Plaquette de présentation des Archives Historiques
 

Pour toute consultation d'archives merci d'effectuer une reservation, par mail, à l'adresse suivante : archives-patrimoine@edf.fr

​​​​​​​